Africa-Otherwise - L'Afrique Autrement

Africa-Otherwise - L'Afrique Autrement

Togo: Un nouveau PM et un nouveau PA attendu d'ici fin de la semaine

Démission du premier ministre Arthème Séléagodji Ahoomey-Zunu hier.

 

Après la proclamation des résultats définitifs des dernières législatives par la cour constitutionnelle, cette démission était très attendue en vue de la nomination d’un autre et de la formation d’un nouveau gouvernement. Arthème sélégodzi a donné non seulement sa démission mais aussi celle de tout son gouvernement. Faure Gnassingbé, en acceptant cette démission, a chargé le premier ministre d’expédier les affaires courantes de l’état, nous apprend un communiqué de la présidence de la république rendue publique hier nuit. Dans la lettre envoyée au président de la république, le désormais ancien premier ministre a remercié le chef de l’état de la confiance qu’il a placée en lui et en l’ensemble de son gouvernement.

M. Ahoomey Zunu, 55 ans, est juriste diplômé en droit public et en relations internationales. Militant de la CPP et devenu militant de UNIR aura été premier ministre de la république togolaise du 19 juillet 2012 au 27 août 2013.

Le nom de son successeur à la Primature pourrait être connu dans les tous prochains jours. Et il pourra être aussi reconduit si Faure Gnassingbé en décide ainsi.

 

 

Assemblée National

Du côté de l’assemblée nationale aussi, on attend de connaitre le nouveau président. Celui-là qui va succéder à El Hadj Abass Bonfo. Les députés à la nouvelle Assemblée ont jusqu’à mardi prochain pour élire leur bureau directeur. Lundi, les élus du peuple ont, alors qu’ils discutaient du nouveau règlement intérieur de l’assemblée, porté le nombre de membre du Bureau de l’assemblée nationale de 7 à 11.

Parmi les mesures importantes prises lundi en vue d’une meilleure gouverne de la nouvelle législature, celle concernant la formation d’un groupe parlementaire. Il fallait avoir 9 députés pour se faire contre 4 sous la précédente législature. Ce qui veut dire que les formations arc en ciel et UFC ne pourront vivre dans un groupe parlementaire que par alliance entre eux ou avec un autre groupe parlementaire. Mais les deux viennent de créer la surprise. Ni la coalition Arcen Ciel, ni l’UFC n’a pas l’intention de se retrouver dans un groupe parlementaire.

Cité par nos confrères www.republicoftogo.com, le député Djimon Oré de l’UFC estime que l’important n’est pas de disposer d’un groupe, mais de travailler en faveur du mieux-être de la population et, singulièrement, des électeurs de la circonscription dans laquelle ils ont été élu. « Nous avons derrière nous des milliers d’électeurs qui n’accepteraient pas qu’on aille s’acoquiner avec tel ou tel parti à l’Assemblée pour rejoindre ou pour constituer un groupe » a-t-il ajouté selon ces confrères.

Point de vue partagé par Dodji Apévon de la coalition Arc En Ciel. « Ne pas avoir de groupe ne nous dérange pas car nous sommes élus individuellement. C’est pour des commodités d’organisation qu’on cherche à en constituer. Même en étant non-inscrits, nous ferons entendre notre voix » a déclaré Me Apevon et cité par les mêmes confrères de républicoftogo.com.



28/08/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 38 autres membres