Africa-Otherwise - L'Afrique Autrement

Africa-Otherwise - L'Afrique Autrement

Togo: Péril en la demeure, le BAC 1 pourrait être perturbé ce mardi

Pas d’accord entre le gouvernement et la synergie des travailleurs du Togo hier après une longue soirée de discussion. Plutôt un relevé de conclusion par lequel le gouvernement invite les représentants des travailleurs à une ultime discussion le mercredi prochain pour finaliser et trancher tous les sujets en suspens. La grande question qui se pose est de savoir si le mot d’ordre de grève de 3 jours annoncé par la Synergie tient toujours son cours après les discussions de ce lundi 3 juin 2013 ?

 

LA synergie est catégorique et maintien son mot d’ordre en attendant les conclusions d’une nouvelle AG prévue cet après-midi au centre communautaire de Tokoin. Ceci malgré la demande pressante du gouvernement de lever ce mot d’ordre étant donné que la raison de la grève n’est en rien lié aux huit points de la plate-forme de la synergie. « il nous a été demandé de lever le mot d’ordre de grève et nous avons dit au ministre que seule l’AG est mandatée à le faire. Donc la grève est maintenue jusqu’à la décision de l’Assemblée »  a déclaré Dr Gilbert tsolégnanou porte-parole de la STT

 

Pour le ministre Octave Nicoué Broohm des enseignements supérieurs et de la recherche, représentant le gouvernement à ces discussions, les élèves doivent composer normalement ce matin. Il n’est plus question pour la synergie de maintenir son mot d’ordre. A nos micros, le ministre s’est montré un tout petit peu menaçant. « Il revient à la STT de prendre ses responsabilités. Le gouvernement prendra le sien pour éviter toute perturbation » a-t-il déclaré.

 

Visiblement les deux acteurs n’ont pas la même lecture des conclusions de leurs discussions de ce lundi. Et ces mots « le gouvernement prendra ses responsabilités pour éviter les perturbations lors de ces examens » suppose à n’en point douter, que des dispositions sécuritaires seront prises pour empêcher toute tentatives de troubles dans et autour des établissements.

 

Mais la question qui se pose est de savoir comment le gouvernement va-t-il s’y prendre si tous les enseignants boycottaient ces examens ? Les épreuves seront-elles traitées sans surveillance ? Tout cela sent mauvais, et n’augure pas de la sérénité au cours de ces examens de fin d’année 2013 au Togo

 

Alphonse Ken



04/06/2013
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 38 autres membres