Africa-Otherwise - L'Afrique Autrement

Africa-Otherwise - L'Afrique Autrement

Togo: Capitaine Adjinou en détention pour Complot contre la sureté de l'état a besoin de soins intensifs

Le capitaine Lambert Adjinon, est malade. selon une déclaration se Stéphane Adjinon, son fils ainé de 15 ans ce Jeudi soir lors d'une conférence de presse de l'associations des victimes de la torture au siège de la ligue togolaise des droits de l'homme, il souffre d'une tumeur aux oreilles. Il s'agirait d'une infirmité auditive consécutive à une inflammation de l’oreille gauche. Un mal persistant relevé suite à une expertise médicale d’un spécialiste ORL confirmée ensuite par scanner, et par l'imagerie par Résonnance Magnétique IRM à la demande des autorités pénitentiaires.

 

 

 

Condamné en septembre 2011 pour complot contre la sureté de l'état dont le principal cerveau est Kpatcha Gnassingbé, il fait partir de ceux qui avait déclaré à la barre avoir été torturé. On a encore en mémoire cette phrase célèbre de l'homme qualifié d'intègre et d'excéllent pilote de chasse " J'ai rencontré le démon de la torture à l'ANR ". Ce jeudi, les enfants du capitaine, dépassé par les informations de sources médicales faisant état de ce que l’inflammation donnant lieu à la tumeur prend de l'ampleur et nécessite une intervention chirurgicale qui n’est possible qu’en dehors du Togo, notamment en France, lancent un appel au chef de l'état togolais Faure Gnassingbé de faire dilligeance pour autoriser l'évacuation d'urgence de leur papa en vue de le le sauver de la mort.

 

Les enfants du Capitaine ( un garçon et une fille, tous des mineurs) ont ussi témoigné des difficultés auquelles ils sont confrontés depuis trois ans que leur papa est écroué à la prison civile de Lomé pour complicité dans l'affaire d'atteinte contre la sureté de l'état requlifiée chemin faisant complot contre la sureté de l'état.

 

Pour rappel, le gouvernement en conseil des ministre la semaine dernière a annoncé avoir pris en charge ceux que le rapport de la CNDH avait reconnu "avoir été victime de traitement cruels, inhumains et dégradants" à près de 90% suivant les recommandations de la Commission. Les victimes de la torture au Togo avaient aussitôt réagit en disant qu'ils n'ont eu "pas même un seul comprimé de parcetamol".

 

Ils annoncent faire un sit-in Jeudi prochain devant le ministère des droits de l'homme pour exiger la mise en oeuvre entiere des recommandations de la CNDH et que l'appel des enfants du capitaine Adjinon soit pris en compte par l'état.

 

 

                                                                             Alphonse Ken

 



06/09/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 38 autres membres