Africa-Otherwise - L'Afrique Autrement

Africa-Otherwise - L'Afrique Autrement

Togo : l’opposition oublie-t-elle du coup la nécessité des réformes au profit de la candidature unique ?

 

Il y a quelques semaines au Togo, le principal sujet des débats porté par les leaders de l’opposition est sans doute celui des réformes constitutionnelles et institutionnelles. Mais depuis le scénario de l’assemblée nationale où le projet de réforme répondant exactement aux aspirations du CST et de la coalition Arc En Ciel (CAEC), envoyé par le gouvernement togolais, a été rejeté, l’opposition semble rentrer dans sa coquille et tous les débats sont désormais orientés vers la problématique de la candidature unique.

 

Certains des responsables de la CAEC en discussion avec ceux du CST dans le cadre du conclave à Novela Star, qui se sont prêtés à nos micros ces derniers jours, ont confirmé que les deux sujets restent prioritaires. En même temps que le conclave doit travailler les esprits à l’idée de la candidature unique de l’opposition autour d’un programme commun, il est urgent que la bataille pour les reformes aille jusqu’au bout soutient l’un ou l’autre.

 

Mais quand nous avons sondé les couloirs des discussions de ce conclave de Novela Star, il nous semble découvrir une dichotomie de point de vue sur ce qui doit faire la priorité. Si certains pensent que l’accent doit être mis fondamentalement sur la question de la candidature unique de l’opposition, d’autres pensent qu’elle ne peut pas être dissocié de la nécessité d’opérer les reformes avant le scrutin présidentiel de 2015. Donc il y a fondamentalement une divergence qui n’est pas encore sortie des murs qui abritent le conclave.

 

Si facilement le CST et la CAEC ont fait depuis bien longtemps de la bataille pour les reformes une priorité, depuis que le CAR et ensuite la Coalition Arc En Ciel ont commencé par insister sur la révision du statut de l’opposition, l’ambiance n’est plus la même entre les deux regroupements de l’opposition togolaise sur la nécessité des reformes avant la présidentielle de 2015. Même au sein du conclave qui se déroule actuellement, on note des sources bien informées cette divergence qui semble persister. Cela m’amène à m’interroger : quelle est la priorité de l’opposition togolaise aujourd’hui ? Les réformes et/ou la candidature unique ?  Ou la candidature unique et se mettre devant le fait accompli de l’impossibilité de faire des reformes?

 

Du choix d’une priorité pour être plus efficace

 

Le problème qui se pose actuellement à l’opposition togolaise face au parti UNIR au pouvoir adoubé d’une grande sérénité, c’est un problème d’ordonnancement des priorités du moment. Et le conclave actuel risque de passer aux éclats s’ils ne savent pas faire.

 

Pour le premier courant, les reformes politiques tant mieux, mais la candidature commune ne s’impose pas. On y arrivera.  Ceux-ci estiment qu’une fois les reformes faites (reformes des institutions devant intervenir dans le scrutin, de la constitution, du statut de l’opposition etc…), ils ont toutes les chances de la vérité des urnes avec un candidat unique.  

 

Pour l’autre courant, la candidature unique est une nécessité absolue. Un candidat unique de l’opposition aura toutes les chances de gagner les élections face au candidat du parti UNIR au pouvoir. Ce courant compte sur la mobilisation populaire pour arracher ce gain s’il arrive que les institutions comme la CENI, la cour constitutionnelle, veulent tronquer les résultats.

 

Où est alors la raison?

Sans être partisan dans ce débat légitime qui est avant tout idéologique, je voudrais juste rappeler à la lumière un élément fondateur de ma réflexion sur la base des différentes élections présidentielles que le Togo a connu depuis la constitution de 1992. L’importance pour l’opposition si elle veut mener une fronde crédible en 2015, de chercher en avant-première les réformes, sans occulter bien sûr, la nécessité de positionner un candidat unique porte flambeau de l’ensemble de ceux qui cherchent l’Alternance.

 

En 2005 par exemple, toute l’opposition togolaise, ayant compris l’enjeu et face à la pression populaire, s’est rangée malgré elle, à la suite de plusieurs consultations derrière le candidat du Parti des Forces de changements M. Bob Akitani soutenu par Gilchrist Olympio dont la candidature venait à nouveau d’être rejetée par la cour constitutionnelle. C’est Faure Gnassingbé qui a été déclaré par la CENI vainqueur et confirmé par la cour constitutionnelle. Cette victoire, l’opposition l’a revendiquée à l’époque avec des chiffres contradictoires sans avoir les moyens de la réclamer comme il faut. Les recours formulés à l’endroit de la cour constitutionnelle ont été purement et simplement rejetés dans la forme comme dans le fond. Ce qui veut dire que, si l’on s’en tient à leur logique, la candidature unique a marché mais l’opposition a péché pour n’avoir pas réussi à faire faire les reformes. Donc la seule candidature Unique n’a pas alors suffit.

 

La stratégie de l’ensemble de la coalition de l’opposition était de parer à la multiplicité des candidatures de 1993, 1998, 2003 et donner la chance à l’alternance. Divisée jusqu’au sang, elle reviendra en rang dispersée face à Faure Gnassingbé en 2010.

 

C’est donc dire que si l’opposition togolaise, actuellement en conclave à Novela Star, a une chance de gagner les élections de 2015, cette chance, avant de passer par les urnes, doit trouver son existence dans des réformes constitutionnelles et institutionnelles. Croire à une victoire d’un candidat unique de l’opposition en 2015 sans les réformes est tout aussi possible mais illusoire, connaissant bien les règles en politique. Il vaudra mieux pour elle de lutter d’abord pour avoir les reformes, même s’il y a un candidat unique, pour qu’on ne soit plus amené à traiter les mêmes types d’informations du genre (on nous a volé, il y a eu un hold up électoral etc…) au lendemain de la présidentielle de 2015.

 

Alphonse Ken



06/08/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 38 autres membres