Africa-Otherwise - L'Afrique Autrement

Africa-Otherwise - L'Afrique Autrement

Benin - Economie: Budget de l'état exercice 2015, analyse critique du Président Bio Tchané

Alliance pour un Bénin Triomphant ne fait pas de cadeau au Dr Thomas Yayi Boni, président du Benin. Alors qu'elle tente des rapprochement pour constituer un regroupement fort et se mettre au travail pour la présidentielle de 2016, son Président, économiste chevronné, vient de passer en revue le texte du budget de l’Etat exercice 2015. Il en dresse une analyse critique.

Logo ABT.png le LOGO de l'Alliance ABT

Je vous propose pour lecture et appréciation l'intégralité de son analyse critique

 

  1. Introduction

Le budget de l'Etat exercice 2015 envoyé par le gouvernement du Président Boni Yayi à l'Assemblée Nationale intervient dans un contexte assez particulier caractérisé par une crise tridimensionnelle (politique, économique et sociale). En tant que tel, son objectif premier doit être d'apaiser le peuple, de lui redonner espoir et confiance afin que ce dernier retrouve ne serait-ce qu'un début de sécurité aux plans politique, économique et social. Pour y parvenir, il doit bien intégrer la situation réelle du pays, les attentes du  peuple désemparé afin de contribuer à niveler le fossé entre le gouvernement et le peuple fortement ébranlé. Il se doit alors d'être réaliste et réalisable. C'est sur la base de cet objectif important que nous voudrions  analyser à travers les lignes à suivre le budget 2015, sans avoir pour objectif de le réécrire, car nous n'en avons pas la prérogative. Elle appartient constitutionnellement au gouvernement.

2. Analyse critique

Le budget 2015 est, selon le gouvernement orienté vers le renforcement du potentiel de production de l'économie nationale et pour ce faire prend appui sur:

  • L'effet positif des différentes réformes structurelles,
  • La conjoncture prévalant au niveau international, régional et national qui présagerait d'un environnement de raffermissement économique non inflationniste en 2015.

C'est une considération tout à fait légitime, car vivre dans un environnement et se prétendre totalement indépendant vis à vis de cet environnement est impossible. Mais elle reste insuffisante car, pour pouvoir bénéficier des retombées positives de cet environnement, le Bénin doit répondre aux exigences de cet environnement qui sont à la fois d'ordre politique, économique et social. Ce n' est malheureusement pas le cas aujourd'hui et nous y reviendrons dans la suite de ce document.

 

Le Gouvernement table ses prévisions budgétaires sur les perspectives au niveau mondial et régional favorables pour les partenaires du Bénin, notamment:

  • La croissance dans la zone euro,
  • La croissance aux États Unis,
  • La Chine et l'Inde,

avec pour corollaires, l'accélération des conditions sur le marché du travail et du logement, l'atténuation des effets négatifs de la fiscalité, etc. C'est encore là un constat juste, mais non automatique, car pour profiter de ces effets positifs de la croissance au plan mondial, il faut que notre pays assainisse son environnement politique, économique et social, il faut des réformes qui réduisent significativement le risque pays ce qui n'est malheureusement pas le cas aujourd'hui pour le Bénin. Les effets positifs induits de la croissance mondiale ne se répercutent que sur les pays qui  s'y préparent. Même au niveau des grandes nations, il est aisé de constater que, malgré les perspectives positives dont parle le Gouvernement du Bénin par exemple au niveau de la zone euro, des gouvernements de pays membres de cette zone et soucieux du devenir de leurs populations peinent à capter ses perspectives radieuses malgré leurs efforts. Comment le Bénin qui n'est même pas un grand joueur régional peut alors sans rien faire pour assainir son environnement politique, économique et social penser et croire dur comme fer les capter? Le développement n'est pas de la prophétie, c'est le mouvement réel qui abolit la misère et l'arriération actuelles. Pire, ces éléments évoqués par le gouvernement sont des facteurs exogènes sur lesquels il n'a aucune emprise et dont notre pays subit les effets parce que joueur insignifiant. N'est-il pas dans ce cas dangereux de tabler dessus tout comme si tout était sous notre contrôle comme le fait notre flamboyant ministre des finances sans laisser la moindre place à l'incertitude? Vraiment lorsque l'on ne sait pas trop de quoi l'on parle, il est plus sage de se taire. Heureusement que son collègue du développement ne semble pas, par expérience, être tout à fait du même avis.

Le Gouvernement Yayi table également ses prévisions économiques sur les perspectives favorables en Afrique Subsaharienne avec une croissance forte (5,5%) en fin 2014 en raison de l'assimilation de l'offre intérieure et d'un environnement mondial favorable. C'est trop optimiste de croire que notre pays entrera dans cette fourchette de croissance en fin 2014. Les taux réels de croissance enregistrés par notre pays depuis les trois dernières années ont toujours été en deçà de la moyenne régionale alors que les agrégats  et indicateurs  étaient meilleurs. Aujourd'hui on nous promet de sortir de notre position de dernier avec des performances catastrophiques. Le passé est garant de l'avenir. Il n'y a pas de miracle dans ce domaine et nous devons faire preuve de beaucoup de prudence.

Sur la base de ces considérations mondiales et régionales dont les retombées positives sur notre pays sont fort discutables comme nous venons d'en parler,  le Gouvernement Yayi fait reposer le Budget 2015 sur quatre hypothèses:

  • Hypothèse 1: la poursuite des réformes portuaires. Oui bien sûr, il y a eu entre autres le renforcement des capacités d'accueil de notre port (installations de portilles, création d'un ministère pour le port, etc.), mais malgré tout cela,  alors que les côtes de notre voisin le Togo sont inondées de navires en attente de déchargement, notre port souffre cruellement d'une pénurie criarde d'escale de navires! Tout budget à moins d'être utopique devrait tenir compte de l'efficacité réelle de ces réformes, car quoique certainement pertinentes, elles n'ont pas permis encore de rendre notre port plus attractif et compétitif.
  • Hypothèse 2: l'augmentation de la production agricole, notamment les produis vivriers et la production du coton qui atteindrait les 400 000 tonnes en 2015 et devrait progressivement atteindre les 500 000 tonnes en 2017 en lien avec la baisse des prix des intrants, l'augmentation des rendements et de l'encadrement des producteurs. Cette hypothèse est difficilement acceptable aujourd'hui pour le plus crédule des béninois au regard d'un certain nombre de constats. i) nous exportons peu de vivriers et pourtant du constat du gouvernement lui-même, nos familles peinent à s'offrir plus d'un repas par jour; ii) la production cotonnière pour 2014 est à peu près de 300 000 tonnes mais au regard de la quantité de coton laissée en plein air dans les usines d'égrenage à la merci des grosses pluies et qui pourrissent sans espoir de récupération peut-on vraiment parler d'augmentation? En matière budgétaire doit-on comptabiliser ce qui est produit et non vendu? iii) peut-on vraiment parler d'augmentation des rendements du coton aujourd'hui dans notre pays alors que nous n'avons jamais dépassé les niveaux traditionnellement atteints et largement dépassés dans les pays de la sous-région? iv) s'agissant de la baisse des prix des intrants, il vaut mieux plutôt parler de la baisse de leur qualité et ses effets désastreux sur le rendement. Il en ressort que cette deuxième hypothèse dans le contexte du budget 2015 est difficilement supportable et par conséquent trop optimiste pour ne pas dire assez réfutable.
  • Hypothèse 3: l'augmentation des investissements publics. Il est inutile de trop s'attarder sur cette hypothèse, parce que son inconsistance saute aux yeux! Même les plus naïfs de nos compatriotes savent aujourd'hui que le régime actuel est le plus accoucheur d'éléphants blancs de toute l'histoire de notre pays.
  • Hypothèse 4: l'amélioration du climat des affaires dans le but d'attirer les investissements vers les pôles de croissance et de diversifier le tissu industriel. Pourquoi notre gouvernement aime tant se décerner des auto-satisfécits dans des domaines où il est le plus vulnérable? Le climat des affaires au Bénin est reconnu par tout le monde comme des plus mauvais et tous nos partenaires le critiquent et se désengagent pour ça. C'est le préalable imposé au gouvernement par les bailleurs à la Table Ronde de Paris avant de transformer leurs promesses en engagements et depuis son retour le gouvernement n'a rien fait qui aille dans ce sens et pourtant cela devient une hypothèse à ce budget. Eh bien, elle est totalement non crédible.

Nous venons de montrer l'inconsistance de ces hypothèses. Elle rend également inconsistante le taux de 6,0% de croissance projeté pour 2015, surtout que le gouvernement, au nombre des explications d'une telle tendance favorable, mise sur les retombées de la Table  Ronde de Paris avec les engagements pris par les partenaires techniques et financiers. Il n'y a pas encore eu d'engagements de la part de ces derniers, mais seulement des promesses! Le gouvernement doit rectifier un peu son langage  pour ne pas induire le peuple en erreur, car promesse n'est pas engagement. Il en découle alors que la croissance de 6,0% projetée est également non crédible.

Dans ce budget l'Etat reconduit des objectifs tels que la promotion de l'emploi des jeunes, le renforcement du capital humain et des infrastructures de soutien à la production, la modernisation de l'agriculture et la promotion de l'agro-industrie, le développement local, la promotion de l'approche genre, etc. Ces objectifs déjà fixés dans le budget précédent n'ont pas connu d'avancées significatives. Le chômage des jeunes reste plus endémique que jamais dans notre pays et nos chers membres du gouvernement n'en connaissent pas le taux actuel. Comment peuvent-ils alors connaître la thérapie devant permettre d'en endiguer la montée fulgurante? Le plus paradoxal dans ce budget est que, lorsque l'on jette un coup d'œil sur l'allocation des dépenses, on constate qu'elle est sans rapport avec les grandes priorités  dégagées par le gouvernement. Les crédits à l'agriculture et à l'emploi restent faibles.

La promotion de l'approche genre suscite également des questions chez le commun des béninois pour la simple raison que le Chef de l'Etat n'a fait qu' éroder le quota de femmes tant promis dans ses gouvernements successifs.

Nous parlions des perspectives mondiales et du fait que le Gouvernement n'y a aucun contrôle étant donné notre position de joueur insignifiant. Mais le budget ne se base pas que sur des considérations externes. L'environnement interne compte également et mérite d'être pris en compte. Mais force est de constater qu'en le faisant, le Gouvernement dans son budget fait preuve d'un contrôle total sur l'environnement interne. Il est alors question de se demander pourquoi le Budget 2014 n'a même pas été exécuté à 48%?

En effet, nous sommes dans un contexte où les pays ne peuvent plus prétendre à un tel contrôle et, dans le cas du Bénin actuellement en proie à une crise tridimensionnelle (politique, économique et social), une telle prétention est plus qu'utopique aujourd'hui. L'année 2015 est une année électorale (législatives, communales), et l'année 2016 également. Cela devrait amener le gouvernement à revoir ses prévisions à la baisse, car les travailleurs, le peuple béninois déserteront les bureaux et le pays verra sa productivité chuter,  car occupé aux campagnes électorales sur le terrain aux dépends des bureaux.

Le Gouvernement Yayi fait fi des obstacles majeurs à la bonne performance de notre économie et baigne dans le populisme. Comment peut-il sortir un Budget 2015 aussi naïvement optimiste alors que l'économie plonge sous un délestage incontrôlable et fortement pénalisateur créant de grosses pertes en productivité et en compétitivité? La perte de contrôle sur ce phénomène plombe déjà à elle seule très fortement toutes les prévisions budgétaires. Son ministre des finances devrait apprendre à s'asseoir un peu dans son bureau et méditer sur le phénomène au lieu de passer son temps à aduler son patron dans les Collines, en lui promettant fidélité et soutien indéfectibles au mépris des souffrances du peuple et aux frais des contribuables. Les marches de soutien et autres professions de foi ne sont pas du tout du domaine d'un ministre des finances et il faut que Komi Koutché le sache pour cesser de distraire les fonds publics dont il a la gestion et doit gérer parcimonieusement.

Ensuite eu égard à la crise tridimensionnelle actuelle et à l'autisme du Gouvernement face aux revendications  des travailleurs et aux refus des populations de se faire déposséder de leurs acquis démocratiques, des mouvements de grèves et de protestations sont nécessairement à prévoir et qui perturberont sûrement l'activité économique, pénalisant ainsi le faisabilité du Budget 2015.

Enfin, dans ses velléités populistes habituelles, le Gouvernement lui-même, face aux protestations populaires organisera une kyrielle de marches de soutien, de meetings de remerciement et de séances de prières dont son ministre des finances s'érige en champion et qui arracheront des citoyens de leurs lieux de travail pour chanter ses louanges. Voilà des sources sérieuses d'incertitude qui planent au-dessus de ce budget et dont tout gouvernant devrait absolument tenir compte, car gouverner c'est prévoir et non improviser. Malheureusement dans ce budget tout semble rose au Bénin pour le régime. Notre ministre des finances devrait un peu sortir de son euphorie née de sa grande méconnaissance des questions économiques pour voir la réalité en face et prévoir comment réduire ces perturbations inévitables à leur portion congrue. À défaut de cela, il devra s'attendre à de grosses insomnies, car les prévisions de performances et de croissance économiques contenues dans le Budget 2015 ne sont en rien justifiables. Les recettes réalisées en 2014 sont décevantes et les prévisions de 2015 doivent en tenir compte. Il ne sert à rien de débiter des montants ronflants comme 1 500 milliards pour se donner le look que l'on n'a pas. Nous étions à 1 300 milliards en 2014;  avec au plus un taux d'exécution de 48%, cela n'a fait que 624 milliards en réalité. Pourquoi ne pas rester conservateur dans nos prévisions et appliquer ce même taux à 2015 et arrêter le Budget 2015 autour de 720 milliards? Il y a eu dans ce budget une surestimation des recettes budgétaires.

Aussi, il est à noter que les transferts restent trop élevés et traduisent les poursuites du gaspillage des ressources, certainement pour se doter d'un impressionnant arsenal en prévision des joutes électorales et autres promenades populistes dont le gouvernement est friand. Déjà, on le constate sur le terrain avec les sorties injustifiées  des ministres en campagnes électorales déguisées, précoces et exclusives avec des messages incendiaires et traumatisants pour le peuple comme "Aprés Yayi, c'est encore Yayi!" .

Dans le détail des recettes, celles-ci n'incluent pas les redevances pétrolières issues des diverses redevances reçues par l'Etat. Nos Honorables Députés doivent non seulement en exiger l'inscription budgétaire mais également de reverser les soldes actuelles de ces comptes au Trésor. De même les dépenses sur recettes d'escortes douanières (11 481 millions CFA) doivent être justifiées.

3. Conclusion

Un budget est avant tout l'expression des prévisions des recettes et des dépenses. Une prévision n'est pas exactement ce qui se produira dans la réalité. Mais la crédibilité d'un budget réside dans son degré de proximité de la réalité. Et pour qu'il soit le plus proche de la réalité, il doit se baser sur des considérations et objectifs réalistes et réalisables. Dans le cas d'espèce, ni les considérations externes ni celles internes ne justifient les recettes actuelles contenues dans le Budget 2015. Le passé étant garant de l'avenir, le gouvernement devrait tirer leçon du sort des budgets précédents et mettre fin au populisme économique. Il ne sert à rien de promettre au peuple ce que l'on n'a pas.

L'Alliance ABT insiste sur la nécessité pour nos Honorables Députés de veiller à corriger toutes ces insuffisances pour doter notre pays d'un Budget 2015 réellement au service du développement.

 

Cotonou, le 27 octobre 2014.

L'Alliance ABT

Alphonse Ken LOGO



28/10/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 38 autres membres