Africa-Otherwise - L'Afrique Autrement

Africa-Otherwise - L'Afrique Autrement

Togo: Kodjo Agbeyomé " e suis dans l’espérance et convaincu que les protagonistes de ce dialogue trouveront la solution pour faire avancer notre pays. Le peuple ne peut plus continuer de demeurer l’otage de sa classe politique"

 

Après consultations sur consultations, la bonne ambiance renait entre les acteurs politiques du pouvoir et de l’opposition togolaise. Lundi c’est le jour choisi pour commencer à débattre des sujets de fond du besoin de la réflexion notamment liés aux reformes demandés et exigés dans le cadre de l’accord politique global.  C’est ce qui est sorti de la rencontre de ce 15 mai à la primature. Tous engagé, les acteurs politiques des partis UNIR, ANC, ADDI, UFC, Coalition Arc En Ciel, Sursaut Togo vont débattre des reformes prévus dans l’APG lundi à la grand salle de conférence de Togo Télécom. L’ancien Premier ministre de la république togolaise, président du parti OBUTS, M. Kodjo Agbeyomé a profité des colonne de l’hebdomadaire togolais d’information « le changement » pour marquer son optimisme quant à cette rencontre. Le confrère a profité pour aborder d’autres sujets de l’actualité aussi avec lui. Lecture l’intégralité de cet entretien

 

 

1-Bonjour monsieur le Président. Quelle analyse faites-vous de la situation socio-politique du pays, notamment du débat relatif aux reformes constitutionnelles et institutionnelles que le gouvernement peine à mettre en œuvre et que vous inspire les tracas liés à la cherté de la vie que subissent les Togolais ?

 

AMK : Le quotidien d’une étendue majorité de Togolaises et de Togolais est loin d’être une partie de plaisir car les efforts sans doute estimables entrepris par le gouvernement n’impactent hélas pas convenablement le pouvoir d’achat de nos populations. Malheureusement le débat politique actuel semble occulter la dimension sociale et humaine de l’action publique au seul profit de l’épineuse question du cadre approprié tendant à la mise en œuvre consensuelle des réformes constitutionnelles et institutionnelles actées dans l’APG.

 

Je pense fondamentalement que les reformes politiques sont utiles dans le cadre de la politique d’apaisement initiée par les pouvoirs publics en ce qu’il s’agit en l’espèce, d’un défi politique moderne et majeur qui nous interpelle tous.

 

2 - Vous avez récemment exprimé votre adhésion au contenu prospectif que portaient les travaux menés sur  la vision du Togo à l’horizon 2030. Une telle position venant d’une figure de l’opposition n’est pas habituelle dans la vie politique togolaise.

 

AMK : Dès le 26 décembre 2013, dans son adresse à la Nation, la formation politique OBUTS a opté pour une réorientation substantielle de son action politique. En cohérence, notre posture ne peut valablement s’inscrire dans une opposition systématique au pouvoir en place ;  c’est pourquoi, elle se structure dorénavant autour d’une approche pragmatique qui fait place à l’intérêt général et au discernement.

 

Quel esprit sérieux, quel homme politique responsable, quel citoyen consciencieux pourrait rester indifférent relativement à la démarche actuelle du gouvernement qui rompt avec le pilotage à vue ? Sans des objectifs clairs à court, moyen et long termes, il ne peut y avoir une  mobilisation des efforts de tous, en vue de la réalisation des résultats escomptés pour le  développement et la modernisation de notre pays. Dès lors, tout programme de prospective qui vise des objectifs de développement, clarifie ses modes de décision, allège ses procédures et se concentre sur les défis à venir, procède d’une initiative judicieuse.  Il est heureux que les pouvoirs publics s’assignent à présent des objectifs et projettent sur un horizon de 15 ans, les contours de la société togolaise de demain. Je ne peux que partager cette initiative, l’encourager, et la soutenir en tant que patriote !

 

3- Vous considérez-vous toujours comme membre  du CST   ?

 

AMK : Nous avons clairement exposé que seuls l’humilité, la courtoisie républicaine, le souci de l’intérêt général, et le pardon constituent le ferment de patriotisme à instiller dans tous les cœurs de nos compatriotes pour faire progresser la société togolaise.

S’agissant de notre appartenance à tel ou à tel autre regroupement de formations politiques de l’opposition, la formation politique OBUTS a suspendu sa participation aux activités du CST pour les motifs et raisons dont nul n’ignore l’étendue et le contenu.

 

4- Que répondez-vous à ceux qui affirment qu’aujourd’hui votre obsession première serait de retourner à vos premières amours partisanes, c’est-à-dire de rejoindre le parti qui représente aujourd’hui le RPT afin de redorer votre blason d’antan?

 

AMK : Je conduis la destinée d’une formation politique dont les membres, adhérents, militants, sympathisants et moi-même croyons fermement à l’avènement d’un Togo de paix, de justice et de prospérité partagée. Je n’ai  qu’une obsession !  Celle d’œuvrer pour des lendemains meilleurs au bénéfice du  peuple togolais et de sa jeunesse en particulier. C’est pourquoi, j’estime qu’il faut savoir raison garder, comprendre que le combat politique doit in fine, avoir pour objectif premier, d’améliorer les conditions de vie des populations en étant attentif à leurs préoccupations. L’expérience du quart de siècle de combat politique de l’opposition togolaise a donné les résultats que nous savons ;  lesquels résultats sont largement en deçà des attentes de notre peuple.

 

Nous devons en responsabilité, tirer les conséquences qui s’imposent, rectifier le tir pour espérer faire bouger favorablement les lignes dans l’intérêt supérieur de notre peuple. Poursuivre la politique de jeu à somme nulle en dénigrant nos adversaires et en les détestant cordialement, distillant dans l’opinion manipulée à souhait des contrevérités et/ou des vérités travesties dans le seul but de  discréditer tel ou tel autre leader politique n’est pas l’offre politique dont est porteuse la formation politique OBUTS. À un positionnement frileux et belliqueux, la formation politique OBUTS oppose un équilibre politique volontaire et raisonnable.

 

5- De nombreux analystes trouvent derrière l’appel des patriotes votre main et celle d’une figure emblématique du gouvernement aujourd’hui tombée en disgrâce. Vrai ou faux ?

  

AMK : Au Togo la politique se résume le plus souvent hélas, à des cancans, à des ragots, et à des accusations sans fondement. Qui peut objectivement affirmer que la démarche entreprise depuis  plusieurs mois par Fulbert ATTISSO, manque de pertinence ? Faire un état des lieux, construire ensemble un programme alternatif et trouver le candidat à même de [le] porter pour conduire le peuple à des lendemains meilleurs, telle se décline la feuille de route des patriotes. Je pense en toute impartialité que pareille démarche est crédible, inclusive et a de meilleures chances d’obtenir l’adhésion populaire et la caution de la communauté internationale. Dans le contexte actuel de notre pays, toute démarche solitaire qui se nourrit d’illusions et de chimères est sans lendemain ! 

 

6-Quelle est la position de OBUTS par rapport à l’appel à la mobilisation des populations qu’avait lancé le CST pour une marche pacifique qui fut réprimée le 26 avril dernier ?

 

AMK : Je pense que tout ce qui est de nature à entretenir, nourrir et exacerber les tensions politiques dans le pays est à proscrire. La loi  relative aux manifestations sur la voie publique est claire en ses dispositions, opposable à tous les citoyens, et nous devons tous (pouvoir comme opposition) autant que faire se peut, en respecter les termes. OBUTS déplore la violence d’où qu’elle vienne et en appelle au respect des lois de la République !

 

7- Quel message avez-vous à l’endroit des Togolais résolument engagés dans la lutte pour le changement démocratique par rapport aux échéances de 2015 ?

 

AMK : Clairvoyance, Union et Amour dans la foi et l’espérance en Dieu !

 

8- Pourriez-vous nous expliquer les raisons qui vous ont poussé à être présent aux festivités de commémoration de l’indépendance du Togo aux côtés de Faure GNASSINGBE alors que vos amis du CST l’ont boycotté ?

 

AMK : Est-il utile de faire ici le rappel de ce que j’ai assumé dans ce pays, de hautes fonctions d’État ? Qu’ainsi, en cette qualité, au plan protocolaire et par devoir républicain, il m’incombe de prendre part aux manifestations républicaines notamment celles de la célébration de l’anniversaire de l’accession de notre pays à la souveraineté internationale. En outre, la réorientation stratégique de l’action politique de notre formation politique OBUTS privilégie le discernement et la courtoisie républicaine. Nous sommes en démocratie et chacun est libre de  ses choix et les assume en responsabilité  pour faire avancer le pays.

 

9- Que vous inspire la disparition de Monseigneur DOSSEH et l’hommage éloquent que la Nation et le Chef de l’État lui ont rendu ?

 

AMK : Monseigneur DOSSEH, fut un esprit vif, dont la contribution à l’édification de la nation togolaise et de l’Eglise catholique est fort appréciable. Auteur de la composition et de la prosodie de la Marche Républicaine et de l’Hymne national, il œuvra autant qu’il en eût la capacité au soutien de l’éducation de la jeunesse. Comme toute vie humaine, la sienne n’échappa pas à des moments de tumulte. Il restera dans la mémoire collective comme le symbole d’un pasteur qui a vécu sa foi, accepté de porter dans la dignité sa croix, en mettant toute sa confiance en  Yahweh. L’hommage que la Nation, et l’Eglise lui ont rendu est digne et amplement mérité. Que la lumière éternelle lui soit donnée.

 

10- Que pensez vous de l’ouverture cette semaine  du nouveau round du dialogue politique entre le Gouvernement et les partis parlementaires sur les reformes institutionnelles et constitutionnelles ?

 

AMK  Je suis dans l’espérance et convaincu que les protagonistes de ce dialogue trouveront la solution pour faire avancer notre pays. Le peuple ne peut plus continuer de demeurer l’otage de sa classe politique. L’heure d’un sursaut national a sonné afin que tous ensemble nous contribuons à construire une démocratie, et une économie prospère au bénéfice du peule togolais.

 

11-Votre mot de fin ?

 

AMK : Dans le respect de l’autre, essayons de faire entrer le Togo dans la modernité par l’exemplarité et l’efficacité de notre travail quotidien au service des populations. Ayons constamment à l’esprit de rendre effectif, l’égalité de chance pour tous les citoyens,  le souci de l’intérêt général et la solidarité nationale.

 

Je vous remercie.

 

Source: Hebdomadaire "Le Changement"



16/05/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 38 autres membres