Africa-Otherwise - L'Afrique Autrement

Africa-Otherwise - L'Afrique Autrement

Togo: Arrestation des responsables du CST...Retour sur tout ce qui s'est passé depuis samedi.

Aujourd'hui mis en liberté provisoire, ils sont en garde à vue depuis samedi dans les locaux de la gendarmerie Nationale, Zeus Ajavon, Jil-Benoit Afangbedzi et Raphaël Kpande-Adzare les principaux responsables du collectif « Sauvons le Togo » ; Tous trois et avant tout des auxiliaires judiciaires.

 

Il est à retenir que c’est Me Jil Benoit Afangbedzi seul qui devrait répondre à une invitation de la gendarmerie pour des questions liées aux manifestations organisées par le CST le 27 Avril et les 12, 13 Juin 2012 passé. Mais il s’était fait accompagné de ses autres collègues responsables et d’autres encore pour échanger avec le Capitaine de tous les dossiers, capitaine AKAKPO et un col Defli.

 

Selon le collectif, ils ont été forcés tous trois de répondre à l’interrogatoire des officiers de police judiciaires sans qu’aucune information ne soit ouverte contre eux et en total violation de la procédure qui voudrait à ce niveau qu’avant d’écouter un avocat, il faudra que ce soit sur autorisation du parquet. Les trois avocats ont été écouté jusqu’à 20h temps Universel avant d’être gardé.

 

Que leur reproche t-on ? Le ministre de la sécurité Col Latta Gnama n’était pas en mesure de nous répondre sous le prétexte qu’ils ont dans une procédure judiciaire. Du côté du parquet, on assure qu’aucune procédure n’a été ouverte contre ces avocats responsables du CST.

 

Il s’est révélé plus tard que c’est la gendarmerie qui menait son enquête personnelle. Tout cela se passait Samedi le 16 Juin 2012. Au même moment, le CST nous alertait par voie de communiqué de presse que Jean pierre Fabre et Aimé Gogué, deux autres responsables du Collectif « Sauvons le Togo », responsables politique étaient assiégés à domicile les empêchant d’aller à la marche du FRAC ce samedi là. Les manifestants qui se sont regroupés à Tokoin Trésor d’où devrait partir la marche, ont été dispersés par coups de gaz lacrymogènes.

 

Il est à préciser que le président du parti OBUTS, aussi membre du CST a décliné lui, l’invitation du capitaine AKAKPO sous le prétexte qu’il ne peut venir qu’avec son avocat. Kodjo Agbeyomé assure l’intérim de Zeus Ajavon à la tête du collectif désormais et rappel en sa qualité d’ancien député, ancien président de l’Assemblée Nationale « qu’il ne peut être recherché, ni écouté, ni arrêté sans la levée de son immunité parlementaire par l’Assemblée Nationale » selon la législation en vigueur au Togo.

 

Le collectif appelle à de nouvelles marches demain mardi dans les rues de Lomé.



18/06/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 38 autres membres